Choisir le bon sol pour son bonsaï

Auteur:

Categorie :

S’occuper d’un bonsaï n’est pas seulement un passe-temps, c’est une expérience qui change la vie.

Mais pour bien comprendre les besoins de vos bonsaïs, vous devez d’abord sentir leur origine et leurs racines uniques.

Et en parlant de racines, le système racinaire de vos chefs-d’œuvre de bonsaïs ne demande rien de moins qu’une bonne compréhension, qui est liée à l’utilisation du sol pour bonsaï le plus approprié.

Pour sculpter un bonsaï et en prendre soin avec succès, vous ne pouvez pas vous passer de racines solides.

Les bonsaïs subissent suffisamment de stress, ce qui augmente le besoin d’une récupération de haute qualité, car vous façonnez constamment leurs feuilles.

En raison de ce stress, vous aurez besoin d’un système racinaire sain, qui donnera à votre bonsaï la force et la puissance nécessaires pour rester en vie et, par conséquent, s’épanouir.

Néanmoins, il y aura un moment où vous devrez inévitablement déplacer votre bonsaï d’un pot à un autre.

Et en rempotant vos plantes, vous leur faites subir un choc supplémentaire.

Ce choc est à la fois nécessaire et gratifiant pour façonner initialement la structure de votre bonsaï afin d’obtenir l’aspect spectaculaire que tous les cultivateurs de bonsaïs recherchent.

C’est grâce au choc que vos plantes parviennent à survivre et à évoluer malgré tout ce qu’elles doivent subir.

Or, si le système racinaire présente des problèmes, dus à un mauvais entretien du sol (ou tout simplement à un sol de mauvaise qualité), vous risquez de faire mourir vos bonsaïs par le choc.

Et, bien sûr, ce n’est pas le type de choc que nous, les aficionados du bonsaï, souhaitons !

Dans un autre ordre d’idées, l’utilisation d’un mélange de terreau pour bonsaïs inadapté peut entraîner l’asphyxie des racines, par exemple en raison d’un manque d’oxygène.

Comment trouver le meilleur terreau pour mon bonsaï ?

Nous vous présentons ci-dessous le meilleur terreau pour bonsaï que vous pouvez facilement fabriquer à la maison.

Néanmoins, vous pouvez toujours opter pour un sol pour bonsaï prêt à l’emploi, acheté en magasin.

Cependant, faire sa propre terre est sans effort et extrêmement moins cher que d’acheter un mélange particulier.

Ainsi, vous disposez d’une plus grande marge de manœuvre pour ajuster le mélange de terreau pour bonsaï et, qui plus est, pour créer le terreau le mieux adapté à la variété de bonsaï dont vous vous occupez.

Si vous vous occupez de plusieurs bonsaïs, les mélanges de terreau pour bonsaï achetés en magasin peuvent littéralement faire un trou dans votre porte monnaie.

Mais ce qui est bien plus important que de casser la tirelire, c’est le fait que chaque variété de bonsaï se développe dans un type de sol spécifique.

Par conséquent, mélanger votre propre terreau pour bonsaï peut vous aider à cultiver plusieurs variétés de bonsaïs à partir de rien !

Vous voulez savoir comment devenir un gourou de la terre à bonsaï de haute qualité ?

Alors attachez vos ceintures !

Vous n’avez pas besoin de creuser très profondément pour connaître les préférences de vos bonsaïs en matière de sol (sauf si vous êtes un peu geek, comme moi !).

Importance d’un bon terreau

Ce dont vous devez vous souvenir quand il s’agit de terreau, c’est de la règle d’or pour des bonsaïs en bonne santé – et je l’appelle le test des mottes de terreau.

Tous les mélanges de terre traditionnels s’agglutineront si vous prenez une poignée de terre récemment arrosée et la comprimez entre vos paumes.

En fait, certains types de sols s’agglutinent même sans être (même légèrement) humides.

Cependant, une fois que vous aurez le bon mélange de rempotage pour bonsaï, vous remarquerez que même en le comprimant entre vos mains, il ne s’agglutinera pas.

Au contraire, les plus grosses particules resteront dans vos mains, sans s’agglutiner.

En ce qui concerne la terre, il faut donc savoir ce que l’on cherche.

La plupart des cultivateurs de bonsaïs expérimentés iront jusqu’à faire l’impasse sur le terreau pour bonsaïs.

Cependant, sachez que le compost organique, comme le sable, la perlite et la mousse de tourbe, fonctionne merveilleusement bien lorsqu’il est mélangé à d’autres composants.

En règle générale, n’oubliez pas que le pH du sol avec lequel vous travaillez joue également un rôle important dans le maintien de la santé et de la longévité des créations de bonsaï.

Ainsi, vérifiez toujours si le niveau de pH du sol correspond aux exigences du bonsaï en question, et n’oubliez pas que le pH est la somme de tous les composants que vous allez appliquer.

Afin d’obtenir les meilleurs résultats avec votre terreau pour bonsaï maison, il suffit d’effectuer un test de pH avant de planter vos bonsaïs.

Il va presque sans dire que vous devez continuer à mesurer les niveaux de pH sur une base régulière.

Au fil du temps, certains composants du sol commencent à se dégrader et influencent considérablement le pH du milieu de culture.

Néanmoins, avec l’utilisation supplémentaire d’engrais, il devient encore plus pertinent et crucial de maintenir un équilibre correct du pH.

Les différents bonsaïs ont également une tolérance variable aux environnements acides et alcalins.

Les niveaux de PH sont relativement faciles à gérer avec les bonsaïs car ils ne sont pas les plus sensibles aux autres plantes qui peuvent rapidement subir des dommages irréversibles en raison de problèmes d’alcalinité ou d’acidité.

Avant de rempoter vos bonsaïs, n’oubliez pas d’effectuer le test des mottes, très simple, pour vous assurer que vous éviterez les problèmes désagréables, tels que la pourriture des racines.

Si vous remarquez que le mélange de terreau pour bonsaï que vous avez créé ressemble à une motte dense et dure entre vos mains, c’est qu’il y a beaucoup trop de matière organique.

D’un autre côté, vous ne voulez pas que le sol soit totalement meuble au point de ne pas pouvoir se coller légèrement ensemble, même après avoir arrosé et compressé.

Vous recherchez une consistance capable de se lier et de s’uniformiser, mais sans coller de manière trop dense au point de bloquer le bon flux d’air et de retenir trop d’eau.

Entre-temps, comme nous l’avons mentionné plus haut, tous les bonsaïs ont des exigences de croissance différentes.

Ainsi, la première étape, et la plus cruciale, dans la création d’un mélange de bonsaïs adapté à l’épanouissement de vos plantes, est de reconnaître leurs modèles de croissance uniques.

Vous pouvez imaginer votre choix d’ingrédients pour le terreau de bonsaï comme la préparation d’un bon repas.

Vous voulez connaître et utiliser la meilleure quantité de chaque ingrédient pour que votre fiasco culinaire se transforme en expérience gastronomique.

C’est exactement le cas des mélanges de terreau pour bonsaï.

En règle générale, rappelez-vous que chaque variété de bonsaï est unique et qu’elle a ses propres exigences en termes de sol.

Par exemple, certaines espèces de bonsaïs poussent mieux dans un sol humide que d’autres.

Lorsque vous cultivez de telles plantes, vous ne voulez pas opter pour un mélange de terre trop poreux au point d’entraîner un drainage excessif.

Mais d’un autre côté, gardez à l’esprit que la plupart des bonsaïs auront beaucoup plus de chances de s’épanouir dans des sols à fort drainage, par opposition à un mauvais drainage.

Bon, de quoi se compose la terre à bonsaï ?

La terre à bonsaï peut être composée de nombreux ingrédients différents, car chaque variété de bonsaï a des exigences différentes.

Cependant, il existe deux grandes catégories de composants pour la terre à bonsaï : les composants organiques et les composants non organiques.

Les composants organiques comprennent les matières végétales en décomposition.

De plus, les composants organiques des mélanges de terre pour bonsaïs retiennent beaucoup plus l’eau.

Ainsi, les composants non organiques équilibrent votre mélange de sol pour bonsaïs parfait grâce à leur taux de rétention d’eau étonnant.

En fait, certains cultivateurs de bonsaïs des temps modernes affirment que le fait de cultiver des bonsaïs entièrement dans une matière non organique, comme de l’argile cuite à haute température et d’autres matières non organiques, peut créer un environnement merveilleux pour certaines espèces de bonsaïs qui sont particulièrement exigeantes en matière de taux de rétention d’eau.

Ainsi, vous pouvez facilement arroser vos bonsaïs plusieurs fois par jour sans craindre un arrosage excessif.

En somme, il n’y a pas de terreau parfait pour bonsaïs qui convienne à tout le monde !

Mais comprendre les propriétés des différents composants possibles vous aidera à créer le meilleur mélange pour vos bonsaïs, ce qui est une excellente nouvelle pour les cultivateurs de bonsaïs de tous niveaux.

De plus, en acquérant de l’expérience avec le temps et la pratique, vous saurez progressivement comment choisir et mélanger les composants les plus appropriés.

Voyons maintenant quels sont les principaux ingrédients du terreau pour bonsaï que vous pouvez utiliser dans votre jardin de bonsaï !

Liste des ingrédients du terreau biologique pour bonsaï

Écorce de conifère

D’une part, le conifère est excellent pour retenir l’humidité afin de ne pas laisser les racines de vos bonsaïs être privées de l’eau essentielle, qui est nécessaire au transport des éléments dans tout le corps des plantes.

Mais d’un autre côté, le conifère est également excellent pour empêcher tout excès d’eau de rester intact dans le sol pendant si longtemps qu’il provoque l’effet de pieds mouillés sur les racines.

L’écorce de conifère permet à l’eau supplémentaire de s’écouler, au lieu de rester intacte trop longtemps.

Néanmoins, l’écorce de conifère est aussi un agent gonflant très apprécié, ce qui signifie qu’elle rend le mélange de terre du bonsaï beaucoup plus compact.

Terreau pour bonsaï à base d’humus et de tourbe

La mousse de tourbe ou humus est un composant essentiel, mais il est crucial de l’utiliser avec modération.

L’humus est capable de retenir des quantités d’eau étonnamment importantes pendant une période de temps très longue.

Ainsi, si vous mettez trop de tourbe dans votre mélange de terreau pour bonsaï, vous risquez d’atteindre des niveaux défavorables de rétention d’eau.

En fait, la tourbe est ce qui retient le plus d’eau parmi tous les autres composants.

Ainsi, lorsque vous utilisez de la tourbe de sphaigne, vous ne devez en utiliser que peu à la fois.

N’oubliez pas que vous appliquez la mousse de tourbe au mélange de terreau pour bonsaï principalement comme agent de liaison.

Oui, la tourbe est excellente pour lier le reste du matériel ensemble.

Gardez à l’esprit qu’il est vraiment essentiel de bien lier tous les composants de votre mélange pour bonsaï.

S’ils ne sont pas liés, les différentes particules se déplaceront au fur et à mesure de la croissance des racines, ce qui créera un environnement de sol incohérent.

Mais surtout, utilisez la mousse de tourbe avec parcimonie, car elle peut faire plus de mal que de bien à vos bonsaïs.

Terreau pour bonsaï à base de matières végétales décomposées

Vous pouvez ajouter une quantité appropriée de matières végétales en décomposition pour nourrir vos bonsaïs.

Un sol de bonsaï riche en nutriments est bien plus efficace pour faire pousser des bonsaïs robustes, surtout quand on sait à quel point les bonsaïs doivent se former et se sculpter tout au long de leur vie.

Bien sûr, des engrais supplémentaires peuvent parfaitement fonctionner, mais la matière végétale en décomposition est supérieure car elle est organique, et donc respectueuse de l’environnement.

Il ne faut cependant pas exagérer en ajoutant trop de matière végétale en décomposition, car elle peut également retenir un excès d’eau tout en se décomposant progressivement.

Par conséquent, si vous décidez d’utiliser de la matière végétale en décomposition, il est préférable de commencer petit à petit et de progresser, en fonction des besoins et des désirs de vos plantes.

Terreau d’empotage

Nous avons déjà parlé plus haut de l’élément principal que vous devez garder à l’esprit en ce qui concerne le terreau pour bonsaïs – le test de la motte.

Aussi simple et facile à réaliser qu’il puisse paraître, le test des mottes vous épargnera des tonnes de soucis pour éviter d’ajouter éventuellement trop de terreau, retenant trop d’eau.

Néanmoins, la rétention d’eau est quelque chose qui évolue également avec le temps, ce qui signifie que le taux de rétention d’eau de votre mélange de terreau pour bonsaï sera à un certain taux au tout début de la plantation de votre bonsaï, puis finira à un autre taux lorsque le moment de rempoter votre bonsaï arrivera.

N’oubliez pas que vous pouvez vous passer de terreau dans le mélange de votre milieu de culture pour bonsaï ; ainsi, dans le cas où vous décidez d’optimiser le mélange de terreau pour vos bonsaïs, n’appliquez que ⅕ au reste des composants (et dans certains cas, même moins !).

Liste des ingrédients du mélange de terreau pour bonsaï inorganique

Les composants inorganiques du sol pour bonsaï sont inestimables pour leur capacité à fournir une excellente aération.

Une aération fiable = une forte croissance des racines.

Et si les composants organiques se dégradent avec le temps, ce n’est pas le cas des composants non organiques.

C’est exactement à cause de ces propriétés poreuses des matériaux non organiques que les cultivateurs de bonsaï vénèrent littéralement ce type de composants de sol pour bonsaï.

La suite des ingrédients du mélange de terreau non organique permet d’obtenir un taux de rétention d’eau approprié, qui reste toutefois immuable dans le temps et n’a pas tendance à se condenser ou à se dégrader.

C’est également l’une des raisons pour lesquelles les cultivateurs de bonsaïs recherchent souvent de la terre de cactus pour bonsaïs.

Les cactus et les différents types de plantes grasses s’épanouissent dans la terre de cactus car elle ne contient pas de composants organiques, ce qui peut entraîner un manque de drainage.

Au contraire, la terre de cactus peut également convenir aux bonsaïs, en raison de ses propriétés ultra-poreuses.

Donc oui, si vous êtes tombé sur des recettes de mélanges de terreaux pour bonsaïs qui ressemblent beaucoup au même mélange de terreaux que vous utilisez pour vos cactus, vous pouvez être assuré qu’il ne s’agit pas simplement d’une autre stratégie de marketing mais d’une pratique bien testée à travers le temps.

Voyons maintenant quels sont les autres composants non organiques qu’il peut être utile d’intégrer à votre mélange de bonsaï.

Turface

La surface gazonnée est largement utilisée pour souligner les parcours de golf, par exemple.

Néanmoins, les terrains de baseball utilisent aussi couramment les pouvoirs spéciaux de la Turface.

Mais qu’est-ce qui rend la Turface unique ?

La turface fonctionne comme un charme pour fournir une aération ultime.

Grâce à l’air qui circule librement et correctement, l’herbe qui pousse sur les terrains de baseball peut s’épanouir et rester vitale et forte.

C’est à peu près la même chose pour vos bonsaïs, qui sont des aficionados de l’aération durable.

Au premier abord, il est très facile de confondre la turface avec l’akadama, car leur apparence a beaucoup de points communs.

Roche de lave

La popularité de la roche de lave dans la composition du mélange parfait pour bonsaï ne cesse de croître.

En effet, la roche de lave n’est pas seulement étonnamment poreuse, elle est aussi étonnamment grossière.

Par conséquent, les composants de la roche de lave ne se décomposent pas avant très longtemps, ce qui fait des merveilles pour le maintien d’un système racinaire sain pour les bonsaïs.

Mais la roche de lave n’est pas nouvelle sur la scène du jardinage.

De nombreux cultivateurs font l’éloge de la roche de lave pour recouvrir la surface du sol dans le jardin.

Dans le cas de la culture des bonsaïs, cependant, la roche de lave ne doit pas simplement servir à recouvrir la surface de vos bonsaïs en pot ; vous devez plutôt l’utiliser comme un merveilleux agrégat.

Akadama

Bien que nous énumérions l’akadama après la roche de lave et la turface, cela ne signifie absolument pas que l’akadama est moins parfait pour vos mélanges de bonsaïs.

En fait, l’akadama est considéré comme un composant obligatoire pour créer les meilleurs mélanges de sol pour bonsaïs.

L’akadama est essentiellement de l’argile cuite, entièrement naturelle et dure au toucher.

L’une des principales propriétés de l’akadama est le magnifique taux de rétention d’eau qu’il possède.

En revanche, l’akadama présente un seul problème majeur : elle se dégrade en quelques années, contrairement à la roche de lave, qui dure beaucoup plus longtemps.

Ainsi, lors de la recherche d’un sol pour bonsaï en akadama à vendre, il est obligatoire d’acheter ce composant important chez un détaillant réputé.

Un akadama de haute qualité peut durer jusqu’à 2 ans de plus qu’un akadama de mauvaise qualité, donc ne vous trompez pas en pensant qu’économiser quelques dollars sur l’akadama que vous choisissez sera votre meilleur coup.

La terre de diatomée

La terre de diatomées n’est pas la solution la plus populaire pour mélanger votre propre terreau pour bonsaï (ni un ingrédient à rechercher lorsque vous choisissez un mélange de terreau pour bonsaï acheté en magasin).

La plupart des entreprises qui produisent des mélanges de terreaux pour bonsaïs ajoutent rarement de la terre de diatomées, car les autres composants non organiques sont tout simplement supérieurs.

Cependant, si vous vivez dans un endroit où vous ne pouvez trouver aucun des composants recommandés pour le sol de bonsaï énumérés ci-dessus, la terre de diatomées peut toujours faire un travail assez décent pour votre jardin de bonsaï.

En général, la terre de diatomées est communément appelée Oil Sorb et elle est utilisée par les mécaniciens pour sa capacité à absorber l’huile de façon étonnante.

Ainsi, lorsqu’elle est répandue sur le sol d’une installation, la terre de diatomées fait l’affaire pour absorber l’huile qui se déverse sur les sols.

Le fonctionnement de la terre de diatomées pour les bonsaïs est très similaire, mais dans ce cas, les propriétés absorbantes de la terre de diatomées sont utilisées pour assurer la rétention d’eau.

Pendant ce temps, ce type de composant conserve sa forme grossière, ce qui est idéal pour favoriser une croissance saine des racines.

Quelles sont les proportions des composants pour créer votre propre mélange de terreau pour bonsaï ?

Comme nous l’avons déjà mentionné, il n’existe pas de terreau parfait qui conviendrait à toutes les variétés de bonsaï.

Cependant, une fois que vous connaissez le type de bonsaï avec lequel vous travaillez, il sera beaucoup plus facile de mélanger votre propre terreau, en fonction des exigences de l’espèce végétale.

Dans les mélanges tropicaux (également connus sous le nom de subtropicaux), vous pouvez trouver différentes quantités de certains des principaux composants.

Le plus souvent, l’akadama occupera environ ⅖ de l’ensemble du mélange, tandis que des ⅕ égaux seront transférés entre, par exemple, la pierre ponce, la roche de lave et l’écorce de pin.

Les mélanges de conifères, quant à eux, utilisent une plus grande partie des composants de conifères, d’où leur nom.

Ce qu’il est important de retenir en ce qui concerne les mélanges tropicaux/subtropicaux et les mélanges de conifères, c’est qu’il existe de nombreuses sous-catégories pour chacune de ces deux catégories principales, conçues pour répondre aux besoins de votre type particulier de bonsaï.

En outre, les mélanges tropicaux et de conifères sont loués pour leur capacité à laisser l’air entrer librement par les racines, fournissant suffisamment d’oxygène tout en favorisant un excellent taux de rétention d’eau.

Cependant, même avec les superpouvoirs des mélanges tropicaux et de conifères en termes d’aération et de rétention d’eau, vous ne pouvez pas vous passer de trous fiables au fond de vos pots, ainsi que d’un tamis supplémentaire, qui sert à empêcher le débordement de terre lors d’un arrosage intensif.

Et bien qu’il n’existe pas de proportions strictes des composants du sol pour s’adapter à chaque type de bonsaï sans exception, il y a tout de même quelques règles de base que vous pouvez garder à l’esprit.

Vous voulez un rapport équilibré entre les composants organiques et non organiques, mélangé à un peu de gravier, n’est-ce pas ?

Par exemple, si vous voulez utiliser un mélange de base pour bonsaï, vous aurez besoin d’environ 50 % d’akadama ou de turface, avec 25 % de pierre de lave ou de terre de diatomées et une moyenne de 25 % de compost organique.

Par ailleurs, si vous optez pour un mélange pour bonsaïs tropicaux, il vous faut environ 40 % d’akadama ou de turface, mélangé à pas moins de 25 % de roche de lave ou de terre de diatomées et à environ 35 % de compost organique.

Un mélange pour bonsaïs de conifères sera composé d’environ 60 % d’akadama ou de turface, mélangé à environ 30 % de roche de lave ou de terre à diatomées, et enfin à une moyenne de 10 % de compost organique.

Le bon drainage du sol pour bonsaïs

Oui, nous avons déjà brièvement commenté la diversité des besoins des bonsaïs en matière de drainage.

Voici la règle ultime en matière de drainage et de bonsaïs que tout cultivateur de bonsaïs doit connaître par cœur.

Le drainage adéquat du sol, et en particulier celui des bonsaïs, ne peut être obtenu uniquement en perçant quelques trous au fond du pot.

Au contraire, vos créations de mini-arbres veulent éviter l’effet « pieds mouillés ».

Si vous utilisez de la terre traditionnelle au lieu de mélanges de terre avec un drainage approprié, vous risquez d’exposer vos bonsaïs à la pourriture des racines.

Aucun bonsaï ne peut vivre avec des racines pourries ou pourries.

Ainsi, parfois, de nombreux cultivateurs de bonsaï débutants font plus de mal que de bien à leurs bonsaïs en les arrosant trop fréquemment.

Mais le pire scénario pour le développement de vos créations en bonsaï n’est autre qu’un mauvais sol.

Avec une bonne terre à bonsaïs, même un arrosage excessif peut être bien géré par les arbres.

Toutefois, cela ne signifie pas non plus que vous pouvez être négligent quant au calendrier d’arrosage de vos bonsaïs.

Selon Graham Potter, les meilleurs mélanges de terreaux pour bonsaïs sont toujours adaptés aux exigences spécifiques de la variété de bonsaï (c’est la 1ère règle d’or).

Mais ensuite, il est vital que les cultivateurs de bonsaïs sachent vraiment ce que contiennent leurs mélanges de terre.

Et même si nous pouvons continuer à lire les étiquettes toute la journée, cela ne signifie pas qu’il n’y a pas de poussière supplémentaire ou d’autres agents « gonflants » dans les mélanges de terre achetés en magasin.

Les bonsaïs sont des créatures extrêmement sensibles et même si une certaine quantité de poussière n’est pas très nocive pour les autres types de plantes, elle peut être très limitante pour la culture optimale de vos bonsaïs.

Graham Potter recommande également à tout connaisseur de bonsaï de ne pas avoir peur d’expérimenter pour créer les conditions les plus appropriées, y compris le sol.

Avec des années d’expérience et après chaque essai (et même parfois erreur), on devient tout simplement un meilleur cultivateur de bonsaïs, c’est tout, les amis !

Outre les principaux composants des mélanges de terreaux pour bonsaïs, il existe également 2 autres grandes catégories de terreaux pour bonsaïs sur lesquelles vous pouvez tomber : le mélange tropical (également connu sous le nom de subtropical), ainsi que le confier, et le mélange pour orchidées.

Nous avons déjà parlé des avantages des mélanges tropicaux et de conifères, alors maintenant, nous allons examiner de plus près les mélanges pour orchidées.

Tout comme le terreau pour cactus peut convenir à des types particuliers de bonsaïs, il en va à peu près de même pour le mélange pour orchidées.

Afin de s’épanouir et de faire pousser de multiples fleurs exotiques accrocheuses, les orchidées ont besoin d’une oxygénation étonnamment élevée des racines, ainsi que d’un excellent taux de rétention d’eau du sol.

C’est un point commun entre les bonsaïs et les orchidées.

C’est pourquoi les mélanges de terreaux pour orchidées sont devenus très populaires parmi les cultivateurs de bonsaïs.

Les mélanges de terreau pour orchidées se composent principalement de charbon de bois et d’écorce, bien qu’il existe également d’autres additifs qui sont généralement utilisés pour augmenter encore l’excellence du sol.

Les particules de taille raisonnable contenues dans les mélanges de terreau pour orchidées permettent d’assurer le drainage et l’aération que nous souhaitons tous en tant que cultivateurs de bonsaïs.

Ainsi, un mélange pour orchidées peut facilement être utilisé comme composant principal pour mélanger votre propre terreau parfait pour bonsaï.

Cependant, même si votre mélange de terreau pour bonsaï est étonnamment équilibré, vous ne pouvez pas faire l’impasse sur le reste des éléments essentiels, qui garantiront le bien-être de vos plantes.

Ces exigences spécifiques s’appliquent également à la quantité de lumière dont chaque type de bonsaï a besoin, ainsi qu’au meilleur calendrier d’arrosage et à la fertilisation, entre autres.

Mais le Graal pour fournir le meilleur sol à l’art de vos arbres vivants pour prospérer – DRAINAGE + AERATION + RETENTION DE L’HUMIDITE.

L’aération correcte du sol des bonsaïs

Les racines des bonsaïs ne survivront pas, même si le drainage est parfait, si l’aération est mauvaise.

En fait, c’est l’aération qui est considérée comme le premier facteur à prendre en compte dans la culture des bonsaïs.

C’est l’oxygène qui permet à vos bonsaïs de produire la nourriture nécessaire à leur développement.

Pour ce faire, votre mélange de terreau pour bonsaï doit être composé de particules suffisamment grosses pour laisser passer l’air.

Mais là encore, l’aération et le drainage sont étonnamment liés et l’un ne va pas sans l’autre.

Et n’est-ce pas là une preuve supplémentaire de l’équilibre unique que les bonsaïs nous apprennent à adapter ?

Ainsi, le troisième facteur qui forme le bien-être de vos créations bonsaï en termes de racines saines et de milieu de croissance parfait n’est autre que la rétention d’eau.

La rétention d’eau dans le sol des bonsaïs

La rétention d’eau est cruciale car, une fois encore, vous recherchez l’équilibre.

D’une part, votre terre à bonsaï doit être capable de retenir une certaine quantité d’eau, car vos plantes en ont besoin pour accomplir le processus de photosynthèse.

Mais d’un autre côté, une trop grande quantité d’eau finira par étouffer les racines, en raison d’une éventuelle accumulation de minéraux et d’une mauvaise aération des particules.

Quelle que soit la taille parfaite des particules de votre mélange pour bonsaï, une forte rétention d’eau entraînera inévitablement une mauvaise aération.

Si vous commencez tout juste à cultiver des bonsaïs (ou si vous avez récemment fait quelques tentatives infructueuses de culture de bonsaïs), ne laissez pas le découragement envahir votre cœur.

C’est précisément parce que vous ne devez pas vous laisser aller à la perplexité ou à l’insécurité concernant la culture du bonsaï, que j’ai partagé avec vous l’histoire de Mère Aiko et de l’arrière-arrière-grand-mère Fumi.

Vous voyez, selon les Japonais, l’art du bonsaï ne laisse aucune place à une fausse perfection.

Au contraire, il vous enseigne le dévouement et la patience, et grâce à ces qualités, l’équilibre et l’harmonie coulent dans votre vie avec abondance.

Et pour atteindre cet équilibre et cette harmonie, il faut avoir le cœur et l’esprit ouverts.

Les plantes sont des créatures vivantes et elles vous montreront toujours quand quelque chose ne va pas.

Chaque erreur est simplement une leçon qui vous fait progresser dans l’art du bonsaï.

Tout dans le bonsaï a un sens ; il y a ce sentiment d’un rituel et d’une pratique sacrée, qui élève votre créativité, votre engagement, votre existence entière.

La danse de la simplicité est représentée dans ces sculptures minuscules mais si précieuses, où votre esprit s’imprime comme le créateur de l’art du bonsaï, de ce chef-d’œuvre de l’arbre bonsaï.

Mais avant d’atteindre cette magie et d’être couvert de l’harmonie du bonsaï, il y a des aspects beaucoup plus pratiques à prendre en compte.

L’important est de continuer – le bonsaï est pour tout le monde, tout comme le bonheur est pour tout le monde !

Outre les mélanges de terre appropriés, n’oubliez pas que le rempotage de vos plantes fait partie intégrante de la culture des bonsaïs.

Mise en pot

Mère Aiko dit que la mise en pot est un petit test de votre état d’esprit actuel.

Vous devez bien gérer votre esprit, sinon le rempotage de vos bonsaïs peut facilement se transformer en une procédure infructueuse et douloureuse pour vos plantes.

Et encore une fois, aussi parfait que vous soyez en matière de rempotage, vous ne pouvez rien faire de bon en l’absence de… bonne terre !

Une fois encore, tous les processus d’entretien des bonsaïs sont profondément liés.

Lorsque vous êtes sur le point de comprendre et de mieux utiliser les mélanges de terreaux pour bonsaïs les plus appropriés, vous devez également prendre en considération la nécessité de vous équiper des bons outils.

Le terreau pour bonsaï ne peut pas être simplement mélangé et appliqué sur le pot de culture.

Lorsque vous créez vos mélanges de jardin bonsaï de qualité supérieure, vous voulez disposer des bons outils.

Et c’est exactement là que les tamis pour terreau de bonsaï entrent en jeu.

Un tamis (également connu sous le nom de criblage) vous aidera à éliminer toute matière indésirable des composants de base que vous employez dans votre mélange.

Cela inclut à la fois la poussière et d’autres vilaines impuretés que vous voulez empêcher d’interagir avec vos bonsaïs.

L’herbe et les autres matières végétales sont facilement abandonnées dans les différents composants du sol.

Mais là encore, il est inutile pour les producteurs d’enlever ces particules puisque toutes les personnes qui achèteront ces composants de sol particuliers ne s’occuperont pas de bonsaïs.

Quoi qu’il en soit, la présence de ces miniparticules indésirables peut nuire au drainage, à l’aération et à la rétention d’eau de votre sol.

Cependant, il est également important de se rappeler que si vous optez pour une terre à bonsaï achetée en magasin et prête à l’emploi, les fabricants devraient déjà avoir éliminé tous les morceaux inutiles de la terre en la tamisant au préalable.

Ainsi, un tamisage supplémentaire ne fera qu’empirer la qualité de votre terreau, au lieu de l’améliorer.

Assurez-vous de bien vérifier la description du mélange et vous saurez si ce sol particulier a besoin d’un tamisage supplémentaire ou non.

Lorsqu’il s’agit de votre propre mélange pour bonsaïs, le tamisage du sol ne peut que vous être bénéfique et récompenser tous les efforts que vous allez déployer pour cultiver vos plantes.

Il existe différentes variantes de tamis, qui vont de ceux à petits trous à ceux à grands trous, car vos bonsaïs auront besoin d’une particule de taille différente pour chaque stade de leur développement.

Par exemple, si vous avez un petit bonsaï en pot, vous voudrez que de petites particules soient présentes dans le sol.

En revanche, si vous vous occupez de bonsaïs en pot plus grands, il vous faudra ensuite des granulés plus gros.

Il est également bon de se rappeler que le tamisage de votre terreau pour bonsaï n’est pas considéré comme une obligation.

Mais honnêtement, d’après mon expérience de la culture des bonsaïs, le tamisage fait une grande différence dans la santé générale et la solidité des plantes.

Un dernier aspect, souvent sous-estimé, qui est étroitement lié à la terre à bonsaï, est l’utilisation de la bonne poterie pour vos plantes.

Par poterie appropriée, on entend à la fois la dimension et le matériau à partir duquel le pot est fabriqué.

En définitive, la création de poteries pour bonsaïs n’est pas du tout un processus simple.

Les maîtres de la poterie bonsaï s’y exercent pendant des années et ils admettent que cet artisanat requiert un vaste savoir-faire.

Il existe 3 grandes catégories de matériaux de poterie, qui sont répertoriés comme convenant aux bonsaïs.

Il s’agit de la terre cuite, de la porcelaine et du grès.

Tout autre matériau de poterie peut s’avérer désastreux pour votre culture de bonsaïs.

Vous pouvez imaginer l’importance d’une poterie adaptée et d’un sol approprié, un peu comme le choix de bonnes chaussures et de bonnes chaussettes pour vous-même !

Je sais que cela peut paraître étrange au premier abord, mais pouvez-vous vous imaginer travailler toute la journée avec des chaussures puantes et des chaussettes encore plus puantes, faites de matériaux de mauvaise qualité ?

Je parie que vous ne ferez pas la danse des pieds heureux, c’est sûr !

Alors ne faites pas en sorte que vos bonsaïs se sentent mal à cause d’une poterie inadéquate et d’un mélange de terre de mauvaise qualité, car cela ne vaudra pas la peine de faire des efforts en tant que jardinier.

Conclusion

Mère Aiko m’a dit que les bonsaïs sont sages comme des personnes âgées avec une âme d’enfant innocent.

Ils seront, en effet, prêts à pardonner toutes vos erreurs en tant que cultivateur, mais le minimum dont vous avez besoin pour commencer est une base appropriée.

En plus de fournir les bonnes conditions pour le type de variété de bonsaï que vous aimez, vous devez vous assurer que vous avez fourni à vos bébés bonsaïs le milieu de croissance parfait pour les aider à devenir forts et moins sujets à de multiples fils et problèmes.

Et lentement mais sûrement, petit à petit, le bonsaï fera pousser ses racines au plus profond de votre cœur, là où l’amour et la paix résident, attendant d’être redécouverts.

Articles qui peuvent vous interesser :

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici